secuPC-Couv.JPGN'en déplaise à la bien pensance ambiante, sans en être un fervent partisan, je n'ai jamais été non plus un farouche détracteur de Microsoft. Pour avoir passé plusieurs années à développer des logiciels, j'ai assisté à des naufrages absolument fabuleux, où des société industrielles, pourtant réputées, tentées par l'expérience décoiffante des grands projets informatiques, finissaient sérieusement déplumées (non, non, tout n'était pas ma faute!). Les plus réactives finissaient par jeter l'éponge au bout de quatre ans de travaux. Les autres...

En dépit des critiques à répétition des utilisateurs, force est de reconnaître l'immense talent des développeurs de la firme de Redmond, capables de mener à terme des programmes de plusieurs millions de lignes, auquel on peut visiblement ajouter celui de leurs dirigeants (qui ont manifestement montré qu'il existait une troisième voie, autre que celles pratiquées par certains de nos managers informatiques chevronnés : l'étouffement financier, d’abord, le nihilisme, ensuite. Parfois les deux tout de suite).

C'est pourquoi, lorsque je me suis penché sur l'écriture du chapitre 10 de "Sécuriser enfin son PC", dédié à la sécurité de Vista, j'étais loin d'imaginer tailler un tel costume au Windows nouveau. Au cours de cette rapide analyse, que j'ai souhaitée aussi objective et factuelle que possible, je n'ai pas arrêté d'accumuler réserves, critiques et franches désapprobations, pour finir scandalisé par l'attitude d'un éditeur dont l'objectif de plus en plus affirmé est d’encadrer et de surveiller l'activité de l'utilisateur à distance .

En deux mots, Microsoft a consenti sur Vista un effort important à propos de la sécurité ; malheureusement, celle-ci profitera essentiellement aux éditeurs (Microsoft en tête), aux fournisseurs de contenu, et très peu à l'utilisateur.

Pour troubler – juste un peu – l’allégresse bleue pastel du discours marketing autour de Vista, vous trouverez sur ce lien le chapitre 10 de "Sécuriser enfin son PC" (disponible aussi sur le site d'Eyrolles à cette adresse), de menues explications montrant que la sécu de Vista fait froid dans le dos et que notre cher Bill, sur ce coup là, ne se montre pas sous son meilleur jour.

Bon Linux!